J’ai découvert Lightroom CC !

Holà les gens ! Je reviens aujourd’hui pour vous parler de mon expérience avec le très célèbre logiciel de retouche photo : Lightroom. Alors, non, je ne suis pas du touuuut une photographe pro, malheureusement ! J’aimerais bien. Mais j’aime bien la photographie et j’aime encore plus les éditer. Depuis des années, je travaillais avec Photofiltre parce que c’était gratuit et puis surtout parce que c’était facile. Ayant tester la version d’essai de Photoshop, j’estimais que c’était trop compliqué pour moi. Je n’avais pas le temps nécessaire à consacrer pour réussir à maîtriser ce logiciel. Mais j’étais dépitée devant le peu de profondeur de mes photos – surtout celles de paysages. Résultat, j’ai décidé de me lancer dans l’expérience. Et j’en suis ravie.

Qu’on se le dise, ce sont de premiers essais et j’espère – vraiment – m’améliorer !

Premier essai … Pas très concluant !

DSC_0179

Mais avec un peu de perseverance, le résultat me plait de plus en plus.

Un petit avant après de la plage de St-Andrews en Ecosse !

Comparaison

Je me suis un peu emballée sur ce coup là :

IMG_7612

Même mon copain a été ma victime (a) !

J’ai même découvert un fantôme sur une de mes photos :

Vous l’avez trouvé aussi ?

Au final, je ne suis pas mécontente de mes essais. Ce week end, on part à la mer, je vais pouvoir faire d’autre tentative !

DSC_0479

Publicités

Whaaaaat’s up ? Dépendance affective, remise en question, plan de vie …

Holà les gars ! Je reviens après un long moment pour tout un tas de raison. Mais surtout pour de gros problème de couple. Mais je reviens beaucoup plus forte et beaucoup plus motivée avec une toute nouvelle vision de la vie. Qu’est ce que j’ai retenu de toute cette mauvaise passe ? Qu’en est-il actuellement ?

Alors je ne vais pas vous détailler ma vie sentimentale en long et en large mais je vais plutôt vous faire part de ce que j’ai appris. Après 3 magnifiques années de couple, la rupture a pointé le bout de son nez. J’étais détruite. Mais pas surprise car au final, ça venait en grande partie de moi. J’étais dépendante affective. Je trouve ça important d’en parler car ça touche énormément de couple mais pas que. On est tous dépendant affectif quand on aime quelqu’un. On a envie de lui plaire et on a tendance à le mettre au centre de notre vie. Et c’est bien, jusqu’à un certain point. La dépendance affective pose vraiment problème quand on se retrouve dans l’incapacité pure et simple de vivre pour soi. Et j’étais incapable de vivre pour moi.

En effet, on ne peut pas être heureux dans ses conditions et pire que ça, on rend notre partenaire malheureux aussi. Les dépendants affectifs en demandent toujours plus. Ce n’est pas qu’on veut plus mais on en a besoin. On fait tout pour plaire à notre moitié au dépend de qui on est vraiment. On finit par faire passer ce qui nous caractérise au second plan. Et la relation perd son équilibre. On est incapable de vivre sans l’autre. On finir par avoir peur de tout et surtout peur de l’abandon. On perd confiance en soi et en l’autre. On devient jaloux et possessif. Tant que notre partenaire est là, on supporte cette « douleur » et se mal-être en se convainquant qu’on est heureux, qu’on a besoin que d’amour pour vivre.

Mais je vais vous dire une chose, c’est totalement faux. Pour parler de mon expérience personnelle, j’ai toujours nié être dépendante. Je ne savais même que ça existait où je pensais que c’était pas mon cas. Que j’étais tout à fait normal mais que c’était lui qui ne me comprenait pas toujours. Il a voulu faire un voyage pour apprendre l’anglais. 3 petites semaines. C’est rien ? Dites ça à une personne dépendante émotionnellement et vous verrez que ça semble être un monde. Dans mon cas, c’était plutôt le signe d’une rupture. Une preuve que je ne lui suffisait pas. Pourquoi avait-il envie de vivre des choses avec d’autres gens alors qu’il pouvait être avec moi ? Alors que moi, je ne l’aurais jamais fait de peur de faire souffrir notre couple ? Je voyais les choses comme ça. Pour moi, c’était un abandon.

Au fond, j’ai toujours su que j’étais dans le faux. Je le voyais bien à la réaction des gens. Mais je ne pouvais pas l’accepter. Et c’est ce qui a fini par entraîner des mois de tensions et au final, une rupture.

Une phase de reflection à suivit (après évidemment une grosse grosse phase de larmes). Qu’est ce qui avait foiré ? Comment deux personnes qui s’aiment autant avaient pu finir si mal ? Dans un premier temps, j’ai simplement cru que c’était juste à cause du voyage. Que j’aurais du l’accepter et c’est tout. Mais j’ai compris que c’était plus que ça. Que le problème était plus profond et qu’il avait toujours été là. Que ça soit avec lui ou avec un autre, si je ne réglais pas ce souci, je serais toujours malheureuse.

Alors, je ne vais pas vous dire que j’ai tout réglé… Mais j’ai fait des démarches pour m’en sortir et pour rattraper mes erreurs. J’ai énormément réfléchis et analyser toutes mes erreurs. Et ça m’a permis d’évoluer. De voir la vie autrement. Non, 3 semaines ce n’est rien et non, s’il part en erasmus, ce n’est pas une rupture. C’est un plus dans notre relation, une épreuve certes, mais quelque chose qui va aussi nous rapprocher et nous rendre plus fort. On y arrivera et surtout MOI j’y arriverais.

Le secret ? Prendre du recul.

Bon courage à tous ! Je referais sans doute des articles du genre car ça me détend de vous partager mon expérience et j’espère que ça pourra vous aider.

Voyage en Ecosse : Organisation, mésaventure et réorganisation …

Voyager en Ecosse : Un de mes plus grand rêve… qui a bien faillit tourné en grosse galère !

N’hésitez pas à cliquer sur les liens, je vous ai mis pleins de photos !

Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis un peu – beaucoup – maniaque de l’organisation… Alors vous imaginez bien qu’à 5 jours du départ tout était  organisé, calculé, chronométré, bref … ça devait être parfait.

Nous atterrissons mercredi 13 septembre à 11 heures 25 à Inverness. Nous avions loué une super van aménagé pour un prix assez dérisoire sur AirBnB . Il nous suffisait de prendre le taxi jusque chez le loueur et c’était parti pour l’aventure et la liberté avec notre super van. Nous avions prévus pas mal de visites, mais c’est un autre sujet que je développerais plus bas. On en rêvait de ce van avec mon copain… Mais à 5 jours du départ, notre « hôte » a annulé notre réservation sous prétexte que nous n’avons pas 23 ans. Alors, je ne suis pas débile, je suis venue directement vers lui en lui spécifiant bien mon age. Il m’avait assuré qu’il avait prit contact avec son assurance. Donc depuis 3 mois nous étions certains de faire notre super road trip en van. Mais non ! Tout notre programme s’est écroulé… Et trouver une alternative si tot avant le départ … Ce n’est pas une mince affaire.

21552583_10214341658641162_748396795_n

Résultat, je me démène depuis 2 jours pour arranger tout – à nouveau. Les prix en last minutes sont exorbitant… Mais nous avons chercher les bonnes affaires et on a réussi à trouvé des logements tout au long de notre itinéraire en le modifiant un peu pour un prix très correcte. Mais le principal problème repose sur le véhicule. Comment trouver une voiture en dernière minute et en sachant que nous n’avons PAS 23 ans mais 22 ans et 9 mois … ( Oui, oui, tant que galère pour 3 petits mois…). On a finit par trouvé. Pas chère, pas chère… Mais c’était sans compter la taxe jeunes conducteurs de plus de 150€… Bah oui, sinon ce n’est pas marrant hein !

Nous voilà presque prêt, Bed&Breakfast réservé, voiture trouvée, Pass musées déjà achetés depuis longtemps,… Tout semblait résolu à moindre perte. Maaaaaais non ! Car en plus d’une taxe scandaleusement chère, il y a aussi un merveilleux acompte de 300 €- rien que ça – qui, évidemment, n’est écrit nul part clairement.

Au bord de la crise de larme et de désespoir, nous n’avions pas cet argent. Entre le remboursement du van qui ne sera pas sur mon compte avant 5 jours – Oui, oui, APRES notre départ-, l’argent dépensé pour les nouveaux logements, ma carte était videuuuh. Et mon copain n’ayant pas de carte VISA, il n’était pas d’une grande utilité dans cette affaire. Heureusement, sa mère a gentiment accepté de nous prêter les 300€ et sa carte VISA pour faire les payements restants.

Sur ce, nous voilà près à partir dans 4 petits jours moyennement une augmentation de budget de plus de 200€. Une somme énorme quand on est étudiant.

Mais relativisons ! Mis à part cette mauvaise aventure, ce voyage va être au top. Je vais vous présenter nos projets !

Sans titre 1

JOUR 1 : Arrivée à Inverness à 11H25.
Voiture de location ( une FIAT 500 😀 ) arrive à 13h00
On doit se rendre à Culloden Battelfield pour aller chercher notre Pass ( Natural Trust Scotland Pass) qui nous donne accès à beaucoup des visites qui nous intéressent. (Retrouvez ici les différents pass disponibles pour l’Ecosse et la Grande Bretagne).
Nous devons ensuite nous diriger vers Cawdor Castle 
Pour au final nous diriger vers Aberdeen où nous passons la nuit dans un Bed&Breakfast en plein centre ville.

JOUR 2 : Deux visites ( et plus si on le souhaite) sont disponibles avec le Natural Trust dans les environs de Aberdeen. Le Castle Fraser – Non, rien à voir avec Jamie – et le Drum Castle.
Ensuite, direction St-Andrews pour le reste de la journée – Ville universitaire de Hannah et Leith. ( Oui, je sais je suis chiante avec mes références livresques… et c’est pas fini !! )
Et nous terminerons la journée dans une yourte à Dundee.

JOUR 3 : Direction DOUUUUNE, le chateau que j’attends le plus car ce n’est autre que Castle Leoch dans Outlander ! On visitera surement la distillerie. Ensuite, nous partirons vers Glencoe. Déjà parce que ça a l’air magnifique et qu’en plus de ça, c’est là qu’ont été tournées quelques scènes de Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban. Et nous passerons la soirée à Fort WilliamPauvre Jamie … – C’est de là que part de Poudlard Express … Mais je doute que nous ayons la chance de le voir … C’est hors budget. Nous passons notre nuit dans une maison d’hôtes qui a l’air absolument adorable.

JOUR 4 : Nous voilà déjà au dernier jour … Le programme est moins précis ici. J’aimerais voir le Glenfinnan Bridge – le fameux pont dans Harry Potter et les Steal falls. Notre hôte propose aussi de louer des canoës… Puis nous nous devons de terminer ce périple par le fameux Loch Ness que nous longerons afin de rejoindre Inverness où nous passerons la nuit.

JOUR 5 : décolage à 12H05, retour en Belgique à 18H35. Et le lendemain, rentrée des classes. Oui, en vrai, je rate la rentrée … OUPS !

Promis, dés mon retour je vous fait un article avec toutes les photos et comment le voyage va réellement se passer car ceci n’est qu’un plan évidemment. J’ai tellement hate. Faire cet article m’a permis de dédramatiser la perte de notre super van et de me rendre compte que la chance qu’on a de faire ce voyage.

Mon copain m’ayant laisser carte blanche pour l’itinéraire, j’ai totalement fait la fangirl de mes romans favoris… Mais je l’assume. C’est grace à eux que je m’évade en temps normal dans ce merveilleux pays.

Un dernier conseil, regardez bien les attractions qui vous intéressent et les pass, c’est vachement rentable. Et ne prenez pas vos billets d’avion trop tard si vous ne voulez pas payer trop chère.

Ce sera le mot de la fin. Merci à ceux qui auront lu tout ça. Et j’espère que vous avez passer de bonne vacances.

Ingénieur agronome : Etudes, réorientation, déboucher ?

Ingénieur agronome ? Construire des ponts pour les vaches ? Oui, mais pas que ! 

Holà les gens, je reviens pour vous parler un peu plus de mes études, de mon parcours et des possibilités.

Je viens tout d’abord vous parler d’une chose importante qui touche plus d’étudiants qu’on ne le pense. La réorientation. Je vais vous parler de mon expérience personnelle qui, je pense, se rapproche énormément de celle de beaucoup d’autres.

J’ai commencé des études en médecine vétérinaire, il y a de cela 4 ans. J’étais très motivée et je voulais vraiment faire ce métier. Seulement, les choses ne se sont pas passées comme je l’attendais. Déjà, la matière accumulée était énorme et je n’y étais pas du tout préparée. On attend de nous un travail personnel et quotidien. Je n’étais tout simplement pas prête. J’ai cru jusqu’au bout que ce serait plus facile. Pour finalement me planter lamentablement.

J’ai pu recommencer mon année. Avec plein de bonnes résolutions et de nouvelles méthodes, j’ai attaqué cette nouvelle année avec motivation. J’y ai mis tout mon cœur, mon temps et mon énergie… Mais ça n’a pas été suffisant. J’ai encore une fois échoué.

Je sais qu’en France le système est totalement différent, avec des années de prépa et un concours et que c’est pour ça que beaucoup de français viennent en Belgique car c’est plus facile d’avoir une chance de commencer ces études qui nous tentent tant. Ca peut paraître plus facile, et ça l’est sans doute. Mais je pense que ce qui nous manque le plus en sortant de secondaire, c’est de la maturité…

Malheureusement, après 2 années ratées, Je ne pouvais pas recommencer encore une année en vétérinaire à moins de faire une dérogation, etc… Mais mes parents ne me suivaient plus. Ils voulaient que je me réoriente.

C’est à ce moment là qu’à commencer une période très difficile. Accepter de renoncer à ses rêves, de changer de vie, de projets d’avenir, … Tout tombait à l’eau et j’avais beaucoup de mal à l’accepter. Je tenais absolument à travailler avec les animaux mais je voulais également avoir un bon diplôme. Le gros problème quand on rate ainsi, c’est la confiance en soi. On ne se sent plus capable de faire quoi que ce soit. On se sent bête et incapable. Et trouver dans ces conditions quelques choses qui nous convient … C’est difficile.

Mais si j’ai un conseil à donner aux personnes dans la même situation, prenez du recul. Parfois, c’est simplement la méthode de l’université qui ne vous convient pas. Il faut bien se rendre compte qu’à l’université, il faut suivre un rythme soutenu où la plupart des examens sont de la théorie pure et dure et ça ne convient pas à tout le monde. Ils n’essaient pas d’avoir les « meilleurs » mais ceux qui résistent le mieux au stress et qui arrivent à accumuler le plus de matières. Ce n’est pas pour autant que nous sommes nuls d’avoir raté. Mais en première, ils doivent faire une selection. Malheureusement, elle n’était pas à notre avantage. Mais il existe pleins d’autres possibilités et perspectives d’avenir.

Sur ces bons conseils, je vais terminer cette partie en vous disant simplement que même si la situation peut paraître désespérée, elle ne l’est pas. J’ai eu du mal à l’accepter moi aussi. Mais parfois, on se bloque tellement sur ce qu’on a perdu qu’on a du mal à voir ce qui nous est offert… Alors ouvrez les yeux, regardez les différentes études, formations, métiers,… qui s’offrent à vous et choisissez en fonction de vos affinités avec les matières et le travail à fournir pour que vos prochaines années d’études ne soient pas une corvée. Ne vous bloquez pas sur le prestige ou non d’un type d’étude et encore moins sur l’hypothétique salaire que vous auriez.

C’est dans cette optique – et avec beaucoup de difficultés – que j’ai choisis les études d’Ingénieur agronome en haute école. Ces études se déroulent en 5 ans. 3 années d’un bachelier non professionnalisant en sciences agronomiques et 2 années de master. J’ai du renoncer à mon rêve de travailler avec des animaux. Mais pas totalement… Ces études sont proches de la nature et dans une premier temps je voulais me diriger vers l’environnement, l’écologie, etc…

J’ai commencé ma première année avec des pieds de plomb. Mais je me suis très vite rendue compte que je m’en sortais bien, très bien même et bien mieux qu’à l’université. Les difficultés étaient situées là où elles me convenaient mieux. Des classes plus petites, des professeurs plus à l’écoute et qui nous connaissent personnellement, des cours plus pratiques avec beaucoup plus de mise en situation et surtout un encadrement. Et j’ai enfin réussi mon année.

Je n’étais toujours pas convaincue que ces études soient faites pour moi, mais au moins j’avançais et bon dieu, qu’est ce que ça fait du bien au moral !! Ma deuxième année a été une révélation.  Des cours qui me correspondaient beaucoup plus… J’ai fini par trouvé ce que je voulais réellement faire et par digérer mon échec en vétérinaire. Je rentre cette année en troisième avec une nouvelle perspective d’avenir.

Ne baissez jamais les bras ! Je sais que vous devez vous dire pour pour vous ça n’ira pas… Mais je le pensais aussi et pourtant !

Je vais maintenant vous parler du métier et surtout de la formation pour être Ingénieur agronome.

Tout d’abord, comme dit précédemment, les études se déroulent en 5 ans. Après trois ans de formation scientifique, nous pouvons choisir un master de deux ans. Mon école en propose 4.

  1. Biotechnologie
  2. Environnement
  3. Gestion agricole en région tempérée
  4. Développement international

Je me suis essentiellement intéressée au deux premières car les deux autres sont plus axées sur le domaine agricole et ce n’est pas du tout ce qui m’intéresse. Car non, ingénieur agronome, ce n’est pas forcément sur les tracteurs et les vaches.

En biotechnologie, ou Industrie agro-alimentaire comme on l’appelait avant, on va retrouver des choses comme la fermentation du fromage, la fabrication de bière mais également la selection d’enzyme en laboratoire, etc… C’est l’option la plus « chimique ». On se retrouve avec énormément de déboucher en laboratoire, dans la recherche et même dans le pharmaceutique. C’est sans doute l’option que je choisirais.

Pour l’option environnement, il existe aussi tout un tas de déboucher dans la preservation des espèces, des systèmes écologiques, de la gestion des déchets, la purification de l’eau, …

Je pense que l’avantage de ces études, c’est la quantité de débouchés qu’elles proposent. Il y en a pour tout les goûts.

Voilà, je pense avoir fait le tour de la question. Si vous avez d’autres question n’hésitez pas !

Scribay Premium : premières impressions

Holà les gens,

je reviens aujourd’hui pour vous parlez de Scribay.

scrib

Scribay est une plateforme d’écriture – Oui, oui, comme Wattpad. Mais en mieux ! – qui existe depuis très peu de temps. Crée par Arnaud Lavalade et Manuel Darcemont, j’ai découvert ce site il y a environ 6 mois. J’ai tout de suite accroché pour différentes raisons tel que la communauté qui est beaucoup plus mature et bienveillante que sur Wattpad mais également l’interface ou la mise en page de nos oeuvres. Il existe un principe que j’adore : l’auteur altruiste. Il ne suffit pas d’aller commenter « Waouh, super texte !  » sous une histoire sans même l’avoir lue. Non, la gentillesse et l’entraide sont plus qu’encouragées et les plus « altruistes » sont mis en avant. Pour cela, nous pouvons annoter les histoires de façon très simple et intuitive, autant sur l’orthographe que sur l’intrigue.

Les possibilités sont nombreuses, défis, discussions, journal, … Il n’est jamais possible de s’ennuyer.

Depuis ma première expérience, plusieurs mises à jour ont été effectuées. La version beta a laissé place à la version officielle en mars 2017 et une version premium à été développée et est désormais disponible depuis août 2017.

Arnaud Lavalade m’a contacté pour que je teste pour vous la version premium de Scribay. Je vais vous faire par de mes premières impressions et je vous ferai un article plus approfondit au bout des 3 mois d’essais.

Quelques petites choses à savoir :

Tout d’abord, il faut savoir que le site Scribay reste entièrement gratuit pour les fonctionnalités de bases. Il n’y a aucune mise en avant des utilisateurs de la version premium. L’altruisme prime toujours. Les avantages de cette version repose essentiellement sur l’encadrement de l’écriture, des plans, des fiches personnages, des programmes, … Pour tout vous dire, je ne sais pas encore exactement ce qui est proposé. Je vais de ce pas tester et j’écrirai cet article au fur et à mesure.

On se retrouve sur l’interface de base du site, la première chose qui me saute au yeux, ce sont les programmes. J’ai choisi le programme débutant ( personnalisé). Après quelques questions sur mes habitudes d’écriture, ce message s’affiche :

Vous avez fait une demande de programme le 30/08/2017.
Vous recevrez très prochainement par email une proposition personnalisée de programme.

J’en déduis qu’un programme d’écriture me sera « personnellement » écrit et proposé. Je ne promets pas de pouvoir m’y tenir mais on peut trouver là une source de motivation.

Je peux également voir le module : Parcours, mais je le garde pour la fin.

Si on déroule un peu le site, on tombe sur  » Entrainement ». On nous propose des petits défis de 10 minutes sur un sujet défini et avec certaines contraintes. C’est le même principes que les défis « habituels ». Les contraintes se présentent comme des mots à placer dans le texte. On part avec une phrase tel que  » Un dieu manipulateur recherche une couronne afin de se venger d’un affront passé. » On peut évidemment demander d’autres instructions si elles ne nous plaisent pas et ne nous inspirent pas. Vous avez 10 minutes. Une fois le temps écoulé, vous pouvez transformer votre écrit en publication.

Voilà mon essai, rien de fabuleux mais le principe est plutôt intéressant et ça nous motive à écrire sur des sujets différents :

Zeus éclatat de rire. Comment cet imbécile de roi des hommes pouvait croire qu’il laisserait tomber sa vengeance ? Lui ? Le grand roi des dieux ? Il s’avança vers la petite chose transie qui s’agenouillait à ses pieds.
– Debout pauvre fou ! dit-il d’une fois froide et calculatrice. Crois-tu réellement que tes supplications ont un quelconque effet sur moi ? Crois tu que je vais te pardonner ta rebellion ? Prendre le pouvoir au roi des dieux. Es-tu fou ou idiot ?
L’homme s’aplatit encore plus, si cela était encore possible. Tremblant de tous ses membres, il essaya de répondre mais aucun son ne parvint à sortir de sa bouche. Il avait été fou de croire cet satanée sorcière. Elle l’avait convaincu qu’avec son soutien, il aurait la force de vaincre le Roi des éclaires. Il aurait du savoir que c’était un leurre. Une simple diversion, qu’il servirait d’appât et que la vile femme le trahirait. Tout ça pour le pouvoir … Le pouvoir montait toujours à la tête des hommes.
– Donne moi cette couronne, beugla le Dieu. Tu n’en es pas digne.
Comme il ne réagissait pas assez vite, Zeus s’empara du bijou. Il le brisa sans nul autre forme de procès. La couronne tomba sur le sol dans un bruit métallique. L’homme, l’ancien roi, s’effondra en même temps. La sorcière était plus manipulatrice encore qu’on ne le l’aurait cru. Elle avait ensorcelé la couronne et son possesseur. La destruction de l’un entraîna la mort de l’autre. Zeus avait sa vengeance. Une petit femme vêtue de rouge se cachait, observant la conversation, le sourire au lèvres. Avait il vraiment gagner ?
On a clairement pas le temps de regarder à l’orthographe, mais l’intrigue doit sortir immédiatement. On se complique moins la vie et on laisse les mots venir.
Pour ce qui est des parcours, le plus intéressant qu’on se le dise. Quand on choisit d’écrire une nouvelle oeuvre, on nous propose différentes options :
Page blanche, structures ( qui étaient déjà proposés) et « Quêtes et Aventures « .
Une vidéo explicative nous est proposée. On nous explique le principe du parcours et le schéma narratif. A première vue, on peut penser que le schéma est un petit peu réducteur mais avec un peu de recul, nombre d’histoires intéressantes ont été  écrites en suivant ce modèle.
Après avoir choisi un titre, on nous propose un résumé pré-fait pour nous organiser. Je me suis amusée à inventer une histoire sur un coup de tête pour tester optimalement ce schéma et ça marche ! J’ai eu un peu de mal à catégoriser mes idées et à rester succincte dans mes explications.
Par contre petit bug juste après, on me demande le nom de mon protagoniste. Mais ensuite, impossible de passer à l’étape suivante. Problème sur le site ou sur mon ordinateur ? Aucune idée.
Bon après plusieurs tests, pas moyen de passer à l’étape suivante…  Problème à résoudre sans doute.
Je poursuis la visite du site avec les Canevas proposés. Dans cette partie, on retrouve des chapitres déjà pré faits avec des explications sur ce qui doit s’y trouver.  Tel que situation initiale, etc …
Je n’ai pas pu passé à l’étape suivante de Quêtes et Aventures mais quand je retourne sur ma page d’accueil, on me propose de continuer cette expérience.
Dans chaque partie que j’ai du précédemment explicité, se trouve différents chapitres que je dois completer petit à petit pour pouvoir accéder au suivant. Je ne vais pas le faire maintenant et je vous donnerais mon avis la dessus dans un prochaine article.
Donc pour résumé ma première impression, je trouve que la version premium offre pas mal de nouvelles possibilités et un suivit de qualités que j’ai hâte d’essayer plus en profondeur.

[ BACK TO SCHOOL ] Survivre en Internat (Clichés et conseils)

Comme certains le savent peut être, je vis depuis 2 ans déjà à l’internat. Alors je vous rassure directement, il y a pire.

Je suis dans un internat mixte à Huy en Belgique. Mixte… C’est un bien grand mot car nous ne sommes que 20 filles maximum par année. C’est sans doute du au fait qu’il y a une majorité de garçon dans mon secteur d’étude. Les filles ont leur propres étages et les garçons en ont trois.

Quand je suis arrivée là bas, les premiers mois, j’étais totalement désespérée. J’ai vécu pendant deux ans en colocs à Namur où j’étais totalement libre et s’habituer à l’internat, changer d’études, de lieu de vie, … Il m’a fallu un temps d’adaptation. Mais avec le temps, j’ai fini par trouvé mes marques et je trouve maintenant que l’internat est une expérience de vie. Je vais vous cité 15 choses que vous ne savez peut être pas. 🙂

( Je parle de l’internat pour les supérieurs, je ne suis jamais allée en internat avant.)

zzzz.jpg

  1. On ne surveille pas tout ce que vous faites. Contrairement à ce que l’on peut croire, l’internat n’est pas une prison. Alors oui, il y a des règles mais mis à part ça, vous faites ce que vous voulez. Vous rentrez quand vous voulez et si vous voulez, la seul demande, c’est de prévenir. Evidemment, il y a une heure de fermeture mais si vous ne rentrez pas avant cette heure là, vous pouvez déloger sans souci.
    Vue de ma chambre
  2. Nous ne dormons pas dans des chambres communes. A 22 ans, je me vois mal partager ma chambre avec 5 autres filles. On est pas à Poudlard, ici chacun sa chambre. On a même une clé pour empêcher les copines indésirables de débarquer à n’importe quelle heure.
    20891620_10214135429925573_1858691171_nLes copines indésirables en question..
  3. On a le droit de remplir notre chambre et de la décorer comme on le souhaite. Ma chambre est d’ailleurs souvent surchargée au grand damne des femmes de ménage.
    20891684_10214135430045576_1653118576_n
  4. On ne doit pas ranger sa chambre tous les jours. Sur la même lancée, notre chambre, c’est notre chambre. Pas de vérification au garde à vous tous les matins. Un minimum d’ordre est juste demandé le jour du nettoyage.
    20885141_10214135429965574_1193381153_n
  5. La grasse mat est autorisée et personne ne surveille si vous vous rendez bien en cours.
  6. La nourriture est souvent infecte et grasse à souhait … Mais , on a notre propre cuisine à chaque étage. Il ne dépend que de nous de nous préparer de bons petits plats.
    giphy.gif
  7. On ne doit pas porter de pantoufles. Je déteste les pantoufles ! On ne peut juste pas venir manger à pied nul.
  8. Il n’y a pas de bizutages, du moins, pas chez nous. Mais on organise souvent une petite soirée, les premiers jours pour aider les nouveaux à s’intégrer.
    14937245_689952994490968_8885873483777095532_n.jpg
  9. Il y a des clans. Et oui, quand vous réunissez autant de gens dans un si petit (ou pas) endroit, on ne peut pas s’entendre avec tout le monde. Et sans se retrouver comme les Serpentards et les Gryffondors, chacun trouve son groupe d’amis.

  10. En parlant d’amis, si l’internat apporte bien une chose, c’est un type d’amitié totalement différent. Vous vivez avec ces personnes 24h sur 24, parfois vous avez envie de les étriper, surtout en période d’examen… Mais l’entraide qui se développe, c’est ça le point fort de l’internat.

    giphy (1).gif

Et vous ? Avez vous déjà été à l’internat ? Avez vous peur d’y aller ? Des a-priori ? Je vous écoute !

[ BACK TO SCHOOL ] Fournitures scolaires

Holà les petits chats !

S’il y a bien une chose que j’adore à la rentrée, c’est faire les courses pour les fournitures scolaires. Bon d’accord, pour moi la rentrée c’est pas tout de suite … Officiellement c’est le 14 septembre mais je serais en Ecosse donc je ne rentrerai pas avant le 18 septembre. Il n’empêche que j’ai très envie de vous partager mes nouveaux achats.

Je ferais plusieurs articles de ce type mais je ne sais pas encore à quel interval ni sur quel thème.

Alors c’est parti !

 

Niveau organisation, j’ai déjà acheté mon nouveau Bullet journal, le bleu et blanc sur l’image du haut, car je suis bientôt arrivée au bout de l’ancien. Je l’ai déjà commencé qu’il soit prêt à être utiliser dés début septembre, il vient de chez Club. J’ai aussi acheté un autre agenda, celui en bas à droite, qui me servira de « brouillon » et que je transporterais plus facilement à l’école que mon bullet que j’aimerais garder « bien propre ». Il vient de chez Action et m’a coûté je pense 3-4€. J’ai aussi acheté, toujours chez action, un Desk planner que j’utilise déjà un peu pour mes examens de Août. Je trouve ça super utile.

Pour ce qui est de la trousse et de ses accessoires, je vais reprendre ma vieille trousse blanche en cuir que j’ai depuis quelques années mais j’ai racheté des accessoires. Les traditionnels bic à 4 couleurs, le classique et celui avec les couleurs pastelles. Le stylo vert pomme car j’adore le vert pomme et que j’adore comment il écrit. Tip-ex, efface encre, porte mine, etc… Mais aussi une nouvelle équerre, des stabilos fluos pastels parce qu’ils sont trop beaux et deux boites de feutres de couleurs. Ensuite, j’ai trouvé un truc super mignon chez action, c’est un pot en plastique séparé en plusieurs compartiments et avec tout ce qu’il faut : trombone, agrafeuse, taille-crayon, crayons, bics, ciseaux, gomme, … Je le trouve super pratique pour laisser sur le bureau.

J’ai acheté comme d’habitude tout un tas de cahier de toute sortes et de toutes tailles même si en générale je ne le utilise pas beaucoup… J’ai aussi trouvé des fardes/ trieurs afin de ranger mes feuilles volantes … Car je suis un pro pour égarer tout. J’ai aussi un gros classeur vert mais qui ne sera pas suffisant pour y faire tenir tout mes cours. Je devrais en racheter. Et pour terminer, un petit « cahier de terrain » , super utile dans mes études lorsqu’on doit faire des observations dehors ou des visites.

Voilà, mes petits achats ! J’ai eu quelques idées pour de futurs articles sur ce thème tel qu’un article explicatif sur mes études ( Ingénieur agronome), Un lookbook pour la rentrée, 10 conseils pour survivre à l’internat, etc …

Je vous prépare ça très bientôt !

 

 

Haul vêtements, livres, accessoires, goodies …

Holà les petits chats !

20839381_10214092311287634_2006457929_n

Je rentre tout juste d’une journée Shopping à Rive Gauche. Et … je me suis fait assez plaisir ! Je vais vous montrer tout ça.

Je suis d’abord passée au Primark, c’était le but principale de l’expédition… J’ai essayé énormément d’articles … Pour au final en remettre une grosse partie. J’ai « juste » acheté un chemisier noir à fleurs et à manches largues à partir du coude, un chemisier rose saumon également à manches larges à partir du coude, un pull rouge – Oui, oui, j’ai osé le rouge, c’est une première ! – à épaules dénudées que j’aime beaucoup. Les chemisiers m’ont coûtés 13€ et le pull 6€ – Primark, c’est le solde toute l’année . J’ai aussi acheté un pantalon noir 7/8ème avec le bout effiloché. J’avais trouvé le même en jeans mais j’ai eu la flemme de les essayer alors j’ai pris le noir sans essayer… Le souci c’est qu’il me va TROP bien et que du coup je regrette de pas avoir pris le jeans… Ca nous apprendra à ma flemme et moi ! J’avais aussi vu une robe juste sublime, noire avec des fleurs… Mais il n’y avait plus ma taille…

20786407_10214092290887124_266257642_n

20793249_10214092290807122_1847482729_n

Niveau goodies – car oui, sortir du Primark sans goodies, c’est impossible – j’ai pris un bandeau pour les cheveux et …. Un MUG HARRY POTTER !!!! Je suis juste trop trop faaaan ! Je voulais le pijama mais il avait juste ma taille et j’aurais voulu le prendre la taille au dessus..

 

 

Je n’ai pas tant acheté dans les autres magasins, mis à part le parfum DKNY à la pomme dont je rêve depuis des mois et qui était en petit format à 15€ donc ce n’est pas un gros craquage … N’est ce pas ?? J’ai aussi acheté quelques petites choses pour l’école : Un cahier, une boite de feutres de couleur et un équerre.

16425625_10214092291207132_987878620_n

 

 

Et évidemment pour terminer un petit tours chez … Molière !! Mon magasin préféré de tous les temps. Je vous laisse deviner ce que c’est ! Une librairie évidemment. Je m’étais promis de PAS acheter de livre mais … J’ai passé un long moment à tournicoter dans le magasin avant de craquer pour Jane Eyre de Charlotte Brontë – Oui, je suis à fond dans les classiques pour le moment …

20814103_10214092290647118_2140304248_n

Je pense que c’est tout ! Bon, faut se l’avouer c’est déjà pas mal ! Je passerais chez Action acheter le reste de mes fournitures scolaires et je vous ferais peut être un article Back to school sur ces achats et peut être une tenue spéciale rentrée des classes. Mais un article que je vous ferais sans doute, c’est sur la vie en Internat, partager mon expérience et mes ressentis, ça peut être pas mal pour ceux ou celles que ça intéresse.

 

Bullet Journal à ma façon

Holà les gens ! Aujourd’hui, je viens vous parler de mon expérience avec le Bullet Journal.

q.jpg

 

J’ai entendu parlé du Bullet journal sur YouTube et Instagram il y a de ça quelques mois déjà. Je n’ai pas tout de suite adhérer à l’idée car le principe de daily ne m’intéressait pas du tout. Ma vie n’est pas assez trépidante que pour avoir des choses à écrire chaque jour et je n’avais pas non plus le temps de m’amuser à faire du coloriage et du dessin tous les soirs. De fait, j’ai longtemps repoussé l’idée avant de me dire qu’après tout, un carnet reste un carnet et j’y fais ce que je veux et surtout, ce dont j’ai BESOIN.

20750436_10214077451556150_1154518482_n.jpg

J’ai commencé par acheter un carnet de note chez action. Il était tout sauf pratique. A ligne et d’assez mauvaise qualité, mais pour un début c’était amplement suffisant. Depuis les carnets ont évolués et je me sers aujourd’hui d’un cahier que j’ai acheté chez club, les pages sont vierges et de bonne qualité. Il se ferme par un système d’aimants que j’aime beaucoup.

Niveau matériel, je n’ai pas fait de grand frais. Sans être trop minimaliste – car je voulais quand même quelque chose de joli – je souhaitais garder les choses simples et pouvoir le completer partout sans avoir à me dire :  » Oh, non ! Je n’ai qu’un bic bleu et mon bullet est écrit en noir ». On s’en fouuuuuuuuu. Mon matériel s’est donc limité à quelques fluos – pastels car ils sont trop jolis, des bics de couleurs, un feutre doré – qui coule partout cela dit … – , un bic à paillettes bleu, un feutre de calligraphie 2,0 de chez Action et des feutres stabilo noirs. Rien de plus rien de moins.

20750734_10214077453596201_1257504118_n

Pour ce qui est du contenu, ça varie un peu. Au début, je voulais suivre le principe de trackers, etc … Mais c’était trop d’obligations pour moi. J’ai vite laissé tombé. Je garde principalement X choses :

  1. Le plan des mois en gros
  2. Le plan par mois et fait à l’avance pour planifier sur de longues périodes
  3. Une page pour mon job étudiant, mes horaires et mon salaire
  4. Un page boite à bonheur – Pour se remonter parfois le moral.
  5. Un page pour mes livres lus et achetés
  6.  et c’est tout …

20814795_10214077451636152_940551705_n

Le reste n’est absolument pas fixe. Par exemple, ce mois-ci j’ai fait une page – ou plutôt 5 – pour le budget car je me suis rendue compte que je ferais mieux d’économiser un peu … J’ai aussi fait une partie pour mes examens de septembre avec des planners, des to do list pour chaque cours, une to do list générale… Ce genre de listes en examens, c’est juste jouissif de pouvoir checker ce qui est fait !

Tout ça pour dire, qu’à mes yeux, un bullet journal ne doit pas suivre de règles particulières mais être adaptés à vous. C’est le plus important !

Challenge 50 livres en 2017

banniere

COMPTEUR : 48/50


J’ai décidé de participer à mon tout premier Challenge : 50 livres en 2017. La challenge se déroule sur Livraddict.  Alors ici je tiendrais une liste et un compteur des livres que je lis. Les règles sont simples : Lire 50 Livres avant le 31 décembre 2017. C’est parti !


° 1) Chroniques de Zombieland : La reine des Zombies de Gena Showalter
° 2) Les étoiles de Noss Head : Vertige de Sophie Jomain
° 3) Hush, Hush de Becca Fitzpatrick
° 4) Personal demons de Lisa Desrochers
° 5) La Sélection Tome 5 : La couronne de Kiera Cass
° La Trilogie des Trylles : Échangée de Amanda Hocking   ABA
NDONNE ( lu à 25%).
° 6) New Victoria de Lia Habel. ( ♥ ♥ ♥ )
° 7) Outlander tome 4 : Les tambours de l’automnes de Diana Gabaldon ( ♥♥♥ )
° 8) Victorian Fantasy :  Dentelles et nécromancie de Georgia Caldera
° 9) Terre d’Ecosse : Prisonnière de ton cœur de Mary Wine
° 10) Les larmes rouges : Déliquescences, Tome 2 de Georgia Caldera
° 11) Phobos : Il est trop tard pour regretter, Tome 1 de Victor Dixen
° 12) The winner’s curse de Marie Rutkoski
° 13) Phobos : Il est trop tard pour oublier, Tome 2 de Victor Dixen
° 14) Un palais d’épines et de roses, Tome 1 de Sarah J. Maas ( ♥♥♥)
° 15) Phobos : Il est trop tard pour renoncer, tome 3 de Victor Dixen
° 16) Passenger de Alexandra Bracken
° 17) Marquer les ombres de Véronica Roth
° 18) La belle et le maudit de Paige Morgan
°19) La quête d’Ewilan de Pierre Bottero
° 20 ) Avant toi de Jojo Moyes
° 21) Autre-monde : l’alliance des trois de Maxime Chattam
° 22) Autre-monde : Malronce de Maxime Chattam
° 23 ) Autre-monde : Le coeur de la terre de Maxime Chattam
° 24) Après toi de Jojo Moyes
° 25 ) De velour et d’acier de Georgia Caldera
° 26 ) Cinder de Marissa Meyer
° 27 ) Scarlet de Marissa Meyer
° 28 ) Le secret de Pembrooke park de Julie Klassen (♥♥♥♥)
° 29 )  Les étoiles de Noss Head, Rivalités Tome 2 de Sophie Jomain
° 30 ) Il était une fois, La belle et la bête Tome 2 de Eloisa James
° 31 ) Autre-monde : Entropia de Maxime Chattam
° 32 ) Lady Helen : le club des mauvais jours de Alison Goodman (♥♥♥)
° 33 ) Persuasion de Jane Austen
° 34 ) La cité des ténèbres ; les origines : L’ange mécanique de Cassandra Clare
° 35 ) Déracinée de Naomi Novik (♥♥)
° 36 ) La belle et la bête de Madame de Villeneuve
° 37 ) Harry Potter à l’école des sorciers de JK Rowling
° 38 ) Comment se débarrasser d’un vampire amoureux de Beth Fantaskey (♥♥)
° 39 ) La reine du Tearling de Erika Johansen
° 40 ) Harry Potter et la chambre des secrets de JK Rowling
° 41) Heartless de Marissa Meyer
° 42 ) Le pacte d’Emma de Nine Gorman
° 43) Felicity Atcock, Tome 1 : Les anges mordent aussi de Sophie Jomain
° 44 ) Felicity Atcock, Tome 2 : Les anges ont la dent dure de Sophie Jomain
° 45 ) Felicity Atcock, Tome 3 : Les anges sont de mauvais poils de Sophie Jomain
° 46 ) L’assassin Royal , Tome 1 : l’apprenti assassin de Robin Hobb
° 47 ) L’assassin Royal, Tome 2 : L’assassin du roi de Robin Hobb
° 48 ) L’assassin Royal, Tome 3 : La nef du crépuscule de Robin Hobb
° 49 ) Grisha, Tome 1 : Les orphelins du royaume de Leigh Bardugo ( ♥♥♥♥)
° 50 ) Witch hunter, Tome 1 de Virginia Boecker