Quelques mots sur … Les héroïnes de romans d’amour.

S’il y a bien une chose qui m’exaspère au plus haut point chez les héroïnes de romans, ce sont les clichés. Et bien oui, elles sont toujours à peu près semblables. La plupart du temps, elles sont petites, ni maigres ni grosses, sans poitrine ni forme à leur goût alors que le beau mâle qui les regarde les trouvent plus que bien formées. Elles ont généralement les cheveux roux ou bruns. Toujours (ou presque) bouclés et indomptables. Mais elles s’en foutent de leurs apparences et c’est dans leurs absolues puretés, loin de tous maquillages et autres crèmes pour la peau, qu’un magnifique garçon aux abdos magnifiquement bien dessinés va s’intéresser aux pauvres petites choses naïves et innocentes qu’elles sont. Qu’on se le dise, personne ne peut être aussi insipide que ces filles. Souvent l’auteur décrit son personnage de façon à ce que physiquement elle ne choque personne, qu’elle ne soit ni trop grosse, ni anorexique. Elles doivent toujours être innocentes et gentilles, toujours dans tous les cas, ne jamais faire de mal. Etre la mignonne petit potiche qu’un gros bad boy va pouvoir modeler à sa façon et dévergonder à fond les ballons. Je les trouve hypocrites. C’est vrai, qui, sachant pertinemment qu’un beau mec s’intéresse à elle, ne va faire absolument aucun effort et cela même si elle ne s’aime pas du tout physiquement (car sinon, elle aurait trop confiance en elle et ce serait problématique qu’elle puisse s’aimer toute seule sans qu’un mec ne l’aide.) Je pense qu’il y en a peu et ce n’est pas le genre de filles qui ont besoin qu’on leur dise qu’elles sont belles pour s’assumer. Mais ça, ce n’est jamais ce que l’on nous décrit. Non, la pauvre « Annie n’essaya même pas de discipliné ses longues boucles brunes. » parce que toute façon, soit elle est moche à vie et elle va se lamenter sur son sort jusqu’à ce que Henry vienne lui dire à quel point elle est jolie, soit elle assume ses boucles tels qu’elles sont. Et pour avoir eu les cheveux bouclés toutes ma vie, je peux vous assurer que la fille qui les assument et ne les coiffent pas, ça n’existe pas. Certes, y passer le brosse serait socialement un suicide qui lui vaudrait de se faire appeler Hagrid jusqu’à la fin de sa scolarité mais ne pas les coiffer serait légèrement délicat. Quoi que, un gros paquet de nœuds, c’est pratique pour cacher de la bouffe… Puis c’est quoi ce délire avec les boucles, je suis certaine que 9 fois sur 10, l’écrivain ne sait pas ce que sais que d’avoir un masse capillaire d’une tel ampleur sur la tête. Et croyez-moi, l’été, c’est loin d’être glamour quand après un petit tour dans la piscine, tu ressembles à un caniche après son toilettage.

En plus de se trouver physiquement immonde et d’avoir une estime de soi plus bas que le plancher des vaches, la plupart du temps, elles sont seules. « Je suis sans famille. Et je m’appelle Remi. Et je me ballade dans la vie. » Elles n’ont pas d’amis et leurs familles les délaissent. Elles se font houspiller par les vilaines méchantes de l’école. Bon d’accord, j’avoue que parfois certaines filles sont des pestes. Mais on l’est TOUTES. Seulement une héroïne qui se l’avoue, ce serait mal vu. Personne ne peut être aussi niais, personne ne peut être gentil en permanence et ne faire aucune faute, personne ne peut se sacrifier pour les autres à la moindre occasion. On a tous au fond de nous cette fille, qui est une peste. Car les filles ensembles, ça se crêpent le chignon, ça fait des mesquineries, certaines plus que d’autres mais de là à faire la victime innocente, je n’y crois pas trop. Alors, oui sans doute que ça existe même en réalité mais si l’auteur veut absolument coller au maximum à ses lectrices, je trouve qu’elle devrait arrêter ces clichés.

Puis les lectrices veulent toujours s’identifier au personnage principal à qui il arrive toutes ces aventures, mais personnellement, je m’identifie beaucoup plus à la meilleure amie un peu folle et pleine de bonne humeur qu’on prend un peu pour une gourde et à qui il n’arrive rien qu’à la pauvre mélancolique et tristement inintéressante Annie qui passe 350 pages à se plaindre et rarement à prendre les choses en main comme l’aurait fait la meilleure amie. Oh bah oui, elle passe de long moment à se demander comme sa supère  amie, Roly, aurait fait. Mais c’est jamais à Roly que les choses arrivent, car au moins elle, elle se bougerait un peu les fesses et prendrait les choses en main et du coup ce serait un peu plus difficile d’écrire 350 pages sur ses divagations amoureuses.

Tout ça pour ça pour dire que je trouve la plupart des héroïnes de romans d’amour inintéressantes et totalement loin des lectrices. Peut-être que je me trompe mais j’aimerais retrouver plus souvent de vraies héroïnes qui prennent les choses en main, qui sont conscientes de leurs qualités et de leur valeur et qui s’en servent. Puis surtout, une histoire d’amour ne serait-elle pas plus belle sans cette espèce de hiérarchie que l’héroïne met entre elle et l’amour de sa vie, entre le dieu grec et la petite patate sans aucune estime de soi ? Je veux des héroïnes fortes et pleine de caractères qui au lieu d’encourager les lectrices à se morfondre dans leur petites vies, les poussent vers l’avant et leur apprennent avancer toutes seules et à s’aimer elles-mêmes avant d’aimer les autres…


Et vous ? Que pensez vous de ces héroïnes ? 


Et voilà, c’en est fini pour cette toute première chronique du thème : Quelques mots sur … j’essaierai de vous en faire assez régulièrement quand un sujet m’inspirera. J’espère que ça vous plaira, n’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire, ça me ferait très plaisir. J’aimerais connaître d’autres opinions à ce sujet. J’avoue qu’il y a à peu prés milles mots, ce qui fait beaucoup à lire alors je remercie grandement les personnes qui le liront.

Milles bisous les lecteurs !

Publicités

17 commentaires sur « Quelques mots sur … Les héroïnes de romans d’amour. »

  1. Article très intéressant ! Les stéréotypes m’ennuient aussi allègrement ! M’enfin, j’avoue que j’essaye de me tenir éloignée du genre romance parce que c’est pas trop mon truc, donc j’ai pas énormément de références pures en la matière (on retrouve aussi ce stéréotype dans d’autres genres malheureusement). Si tu aimes la romance du coup, je te conseille un nouveau label : Badass (https://fr-fr.facebook.com/labelbadass/) qui est féministe et où les héroïnes sont hyper cool (en théorie du moins car je n’en ai pas lu pour le vérifier ^^)
    A bientôt
    Kin

    J'aime

      1. Oui par exemple ou une histoire d’amour mais qui n’est pas le centre du roman par exemple ici je lis New Victoria et il y a toute l’histoire de la guerre, des zombies, du bien et du mal, etc… Et c’est pas juste des histoires nunuches et sexuelles auxquelles je n’accroche mais absolument pas ! :O je ne comprends pas cette mode…

        Aimé par 1 personne

  2. Je suis entièrement d’accord avec toi, sauf sur un point : toutes les filles ne sont pas des pestes. Je suis d’accord qu’il y en a pas mal – surtout au collège et au lycée -, mais je n’en ai pas connu tant que ça 😉
    En tout cas, le fait que ces héroïnes soient insipides est bien vrai. Si elles jouaient un minimum le jeu de la séduction, ça pourrait déjà être un peu plus palpitant.
    Enfin bon, du coup je ne lis pas vraiment de romances car c’est bien trop souvent le même schémas – et on le retrouve d’ailleurs dans d’autres genres littéraires…

    Aimé par 1 personne

    1. C’est peut être pas toutes des pestes mais pour avoir vécu en internat avec des filles et en colocs aussi je peux t’assurer que réunir des filles ça finit souvent en crêpage de chignon hihi 😀 le terme peste est peut-être mal utiliser mais si on compare avec les garçons les filles sont beaucoup plus prise de tête et petits coups dans le dos 🙂
      C’est vrai que je devrais éviter aussi mais je suis une éternelle romantique alors j’adore les histoires d’amour mais avec de vrais héroïnes ce qui est plus dur a trouvé 😛

      J'aime

  3. Bah dis donc, ça sort du cœur tout ça! Je suis plutôt d’accord avec toi! Perso, l’héroïne qui m’a le plus agacée (mais genre vraiment agacée…) c’est Tessa de la saga After. De toute manière, cette saga m’a juste dépitée… Je ne sais même pas comment j’ai fais pour lire les 5 tomes… Enfin, ce n’est que mon avis mais super article en tout cas!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s